ellinoa bandeau

BIOGRAPHIE

Ellinoa baigne dans la musique depuis l’enfance, auprès d’une mère pédagogue reconnue du jazz vocal. Elle intègre le conservatoire d’Etampes à 5 ans, en chant choral mais aussi en piano, et même brièvement en saxophone, afin de se donner les moyens d’explorer les harmonies et mélodies qui lui trottent déjà dans la tête, modelant ainsi ses premières compositions.

Après de brillantes études à Sciences Po et une pause côté musique, elle y revient en 2010 en intégrant un octet a cappella (YEP!). C’est le déclic qu’elle attendait pour revenir complètement à sa passion première : un an après, elle coupe les ponts avec son ancien milieu académique. Elle rentre alors en DEM au Conservatoire de Bobigny dans la classe de Déborah Tanguy dont elle sort diplômée en juin 2013. Son plus grand défi est de transcender ce don naturel pour le chant et l’improvisation en une technique aguerrie, sans pour autant perdre sa spontanéité.

En parallèle, elle prend des cours d’écriture avec Carine Bonnefoy au Conservatoire de Paris XIII, après avoir participé à la tournée de l’orchestre de cette dernière en Afrique du Sud en 2012. Elle présente alors pour la première fois ses compositions en sextet au moment du passage de son Prix de conservatoire et se voit décerner les félicitations du jury.

Elle approfondit l’étude du chant, du jazz et de l’improvisation au Centre des Musiques Didier Lockwood à Dammarie-Les-Lys, aux côtés de grands noms du jazz français. A l’issue de sa deuxième année, elle décroche le prix d’Excellence ainsi qu’une mention spéciale du soliste. C’est la première fois que ce prix est décerné à un.e vocaliste depuis la création de l’école en 2000. A peine deux ans plus tard, l’école lui proposera d’y enseigner.

Entourée de cinq musiciens rencontrés au CMDL, Ellinoa créé le Ellinoa Sextet avec lequel elle enregistre son premier album, Old Fire, sorti en 2015. Ce répertoire explore les feux ancestraux qui brûlent en chacun, et se veut un pont naturel entre ses compositions précoces et de nouvelles couleurs explorées depuis. Lauréate du tremplin Jazz en Baie en août 2014 ainsi que du tremplin Jazz en Ouche 2015, finaliste Jazz à Vannes 2015, elle commence à parcourir les festivals et clubs de France avec ce groupe, finissant même par inviter le grand chanteur David Linx pour le festival Jazz sur Seine à Paris.

En parallèle, elle rejoint notamment deux projets aux lignes esthétiques très différentes : le groupe vocal SHADES qui revisite les standards de Broadway dans une version à quatre chanteurs, guitare et clarinette basse, ainsi que Theorem of Joy, un quintet à la croisée entre jazz, rock et musiques du monde. C’est au cours d’un concert aux côtés de ce groupe qu’elle reçoit en 2017 le prix « Coup de coeur du jury » du tremplin Action Jazz.

Mais surtout, elle lance l’aventure Wanderlust Orchestra, un orchestre de 15 musicien.ne.s à l’instrumentarium à mi-chemin entre un big-band et un orchestre de chambre, pour lequel elle écrit un premier programme, Untranslatables, ayant pour fil rouge une sélection de mots intraduisibles de différentes langues, renvoyant chacun à un concept étrange. L’album sorti en 2018 rencontre un succès critique certain qui offrira à l’orchestre une série de concerts tout le long de l’année 2019. En tant que jeune compositrice pour grand ensemble, Ellinoa intègre la fédération Grands Formats qui défend le jazz en grand. Dans la foulée, elle est sélectionnée parmi les 12 artistes jazz « GENERATION SPEDIDAM » pour 2018-2022, un dispositif d’accompagnement de ses initiatives artistiques.

2019 marque aussi l’année de maturation sur scène, puis de l’enregistrement du projet Ophelia, plus intimiste et recentré sur les cordes et les voix. Dans  l’album The Ballad of Ophelia, sorti en 2020, Ellinoa s’affirme encore davantage comme chanteuse et songwriter, tandis qu’elle dévoile une oeuvre narrative complexe évoquant le parcours clair-obscur de l’héroïne tragique Ophélie. Elle recevra une bourse d’écriture de la fondation Opus220 pour cet album, qui attirera l’attention de medias tels que Telerama, Jazz Magazine ou France TV qui lui consacrent des portraits. Malheureusement, la pandémie contraindra le groupe à annuler sa tournée de 9 dates au Japon, ainsi que ses sorties de disque en France.

Elle lance aussi le projet Björk Acoustik, qui revisite l’oeuvre de la chanteuse Björk dans une formule chambriste pour laquelle Ellinoa écrit les arrangements. Né au cours de la longue résidence d’Ellinoa au Baiser Salé, le groupe s’exporte ensuite vers d’autres scènes et participe notamment à deux grands projets d’action artistique auprès des conservatoires d’Etampes (2019) et de Lorient (2021).

Elle monte enfin des mini-projets en duo avec des musiciens passionnants de sa génération, tels que Robinson Khoury, Laurent Derache, Gauthier Toux ou Balthazar Naturel.

En 2019, Ellinoa est appelée par Fred Maurin pour participer en tant que compositrice et chanteuse à la 2e création du nouvel ONJ (Orchestre National de Jazz), Rituels. Le programme est créé à Radio France en novembre, et enregistré en Allemagne – il obtiendra une Victoire du Jazz. Ellinoa figure également au casting de la re-création d’Anna Livia Plurabelle, d’André Hodeir, par l’ONJ, en 2021, également à Radio France.

De 2019 à 2021, elle est artiste associée à la scène pluridisciplinaire de Guidel, L’ESTRAN.
En 2021, elle est artiste d’honneur du St Omer Jaaz Festival.

D’autres créations lui sont commandées notamment par L’ESTRAN (juin 2020 pour choeur d’adolescents), le théâtre de Montbrison (mars 2023, pour la Maîtrise de la Loire) et le conservatoire de Lorient et L’ESTRAN (décembre 2021 pour orchestre symphonique).

« Sidewoman » en vue, Ellinoa figure sur de nombreuses sorties discographiques de 2019 et 2020 de la scène jazz émergente, en marge de ses projets personnels (ONJ, Les Rugissants, Fred Perreard, Sébastien Jarrousse, Alexis Nercessian et LOWN, Joachim Govin, Corentin Rio, Gabriel Midon…).

Fin 2020, elle compose VILLE TOTALE pour le Wanderlust orchestra, premier programme de jazz orchestral en 3D sonore. Servie par un dispositif technique à la pointe de l’innovation sonore, cette création inclassable artistiquement, tant pop que contemporaine, se présente comme une fable écologique racontant l’âge d’or et l’effondrement d’une ville dystopique. Le programme commence à tourner dès 2021 et sera enregistré à l’automne pour une sortie sur la saison suivante.

Considérant que son activité de musicienne inclut également un volet plus politique, Ellinoa s’engage à différents endroits parmi lesquels le conseil d’administration de Grands Formats, la fédération des grands ensembles de jazz et musiques improvisées. Elle porte aux côtés de Leila Martial l’appel pour une écologie de la musique vivante et intervient régulièrement à ce sujet dans diverses instances. Enfin, elle est cofondatrice de la web TV du jazz émergent, AdLib TV.

(biographie courte sur demande)

ILS EN PARLENT

« En cinq ans à peine depuis son premier disque, la chanteuse, compositrice et songwriter a creusé son sillon dans l’univers hétéroclite du jazz et des musiques improvisées, pour en devenir l’une des artistes les plus éclectiques, inclassables et prometteuses. »
France TV Info
« Ellinoa, inclassable magicienne, entre jazz et pop expérimentale. Une artiste originale à la voix cristalline, qui risque de marquer la scène française. »
Télérama
« Elle compte incontestablement parmi les musiciens les plus en vue du moment, multipliant les initiatives et les rencontres. »
La Terrasse
« Une chanteuse et compositrice hors normes, une voix totalement libre »
Jazz Magazine
« Une chanteuse à l’univers éminemment personnel et riche de mille saveurs »
TSF Jazz, Deli Express

« Ellinoa, c’est d’abord l’ouverture d’un monde. Rares sont les jeunes musiciens qui parviennent immédiatement à créer un univers solide et en perpétuelle extension sans perdre de sa cohérence, et pourtant, la chanteuse et cheffe d’orchestre est de ceux-là. Diriger un orchestre en grande formation est une gageure. Le faire lorsqu’on est chanteuse, instrument-voix parmi d’autres instruments, est un défi supplémentaire. Pourtant, avec le Wanderlust Orchestra, Ellinoa réussit l’exploit de construire à sa main l’outil idéal pour pouvoir aller au bout de ses idées.

C’est le cas pour Ville Totale, projet d’envergure qui emprunte aux dystopies des futurs potentiels avec un instrumentarium luxuriant. C’était le cas pour ce premier album en guise de manifeste où chaque titre est un mot-concept emprunté à une langue étrangère et potentiellement intraduisible en un vocable. Wanderlust, en lui-même, en est un mot anglais intraduisible, qui définit la bougeotte, le besoin de voyage, le désir d’aventure. Une définition idéale des mantras de la chanteuse, qui sait offrir de beaux voyages intérieurs comme ceux d’Ophelia, projet en quartet où les couleurs se teintent de brillantes influences, de Björk à Maria Schneider. C’est Denis Desassis qui l’écrit dans Citizen Jazz : cette musique est « un ailleurs qu’on peine à définir parce qu’Ellinoa a cette faculté, rare, d’inventer de toutes pièces un univers sui generis, impossible à maintenir sous la cloche d’une définition forcément trop restrictive. »

Mieux, cet aspect aventureux est largement contagieux aux projets d’autres, auquel elle participe. Ainsi le Theorem of Joy de Thomas Julienne, qui est aussi un délice d’orchestration et d’arrangement. Idem pour l’Orchestre National de Jazz de Frédéric Maurin, où son univers et son souci du détail ont beaucoup contribué à la réussite de Rituels, disque récent de l’orchestre institutionnel français.

Mais tout ceci ne peut s’arrêter au simple domaine artistique. C’est ainsi qu’Ellinoa s’implique dans la fédération des Grands Formats qui réunit les orchestres de plus de huit musiciens et les collectifs en France et désormais partout en Europe. C’est une activité importante qui brasse bon nombre d’artistes et est un vrai catalyseur d’idées et d’envies. Dans le même ordre d’idée, elle a participé à la création d’AdLib TV, plate-forme de concerts à emporter créé comme début de réponse à la crise du COVID-19.

Symbole d’une génération du jazz européen qui sait s’organiser, se défendre et se réinventer, Ellinoa n’a pas fini de nous surprendre. Et de nous ravir. »

Franpi Barriaux, oct 2021